Ce qu’il faut savoir sur le CAP AEPE

Le CAP AEPE ou certificat d’aptitude professionnelle petite enfance remplacera désormais le CAP petite enfance. Tour d’horizon sur ce nouveau dispositif qui entre en vigueur à partir de l’année courante 2019.

 

Qu’est-ce que le CAP AEPE ?

Pour mieux répondre aux nouveaux besoins en matière de services d’accueil des enfants, de nombreux professionnels estiment indispensable le fait de réorganiser le CAP petite enfance. Ainsi, le cap accompagnement éducatif petite enfance ou CAP AEPE, a vu le jour. Ce diplôme devient alors le premier niveau de qualification de la filière petite enfance. Cette réforme vise notamment trois objectifs. D’abord, elle aspire à faciliter les passerelles entre les divers lieux d’accueil des petits. Elle tend également à contribuer à la lutte contre les stéréotypes en ce qui concerne les échanges vis-à-vis des enfants ou entre les parents. En outre, ce nouveau dispositif a pour but de réaffirmer l’épanouissement des chérubins par l’éveil et par différentes animations.

 

Dans le cadre de la réforme du CAP petite enfance, les connaissances ainsi que les pratiques professionnelles ne changent pas, mais la structure n’est pas la même. En fait, dans le programme de la formation du CAP AEPE, il y a d’abord un socle commun (UP1) qui regroupe toutes les tâches menées au niveau de jeunes enfants en accueil individuel ou collectif. Après, le parcours se poursuit par deux autres unités professionnelles : UP2 et UP3. Dans ce cas, les apprenants vont prendre des modules spécifiques selon les types de lieux d’accueil. En outre, pour pouvoir se présenter à l’examen, ils se doivent de réaliser un stage de 16 semaines contre 12 semaines dans l’ancien dispositif ou bien de justifier d’une expérience professionnelle dans la filière.

 

Quid des débouchés ?

Suivre une formation cap accompagnement éducatif petite enfance présente l’avantage indéniable de pouvoir accéder à bon nombre de métiers. Pour cause : le découpage du programme en trois unités professionnelles permet de faciliter l’accès à l’emploi dans toutes les structures d’accueil de l’enfant collectif ou individuel. La liste est relativement longue : assistant maternel, aide auxiliaire de puériculture, aide-éducateur, garde d’enfants à domicile, en passant par animateur petite enfance, animateur de relais assistante maternelle, assistant familial ou encore assistant d’accueil petite enfance. Les nouveaux diplômés pourront en effet exercer leur métier au sein d’une crèche, d’un jardin d’éveil, d’une école maternelle, d’une halte-garderie, d’une pouponnière, en MAM (maison d’assistants maternels) ou encore à domicile.

 

De plus, ceux qui souhaitent devenir fonctionnaires en travaillant en école de maternelle pourront tout à fait passer les épreuves du concours ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) en étant titulaires d’un tel diplôme, ce qui permet de tirer profit d’un emploi stable. Également, les lauréats en CAP AEPE ont la possibilité de prolonger leur parcours de formation en se préparant au concours d’entrée en école d’aide-soignant ou bien d’auxiliaire de puériculture. Ils partent dans ce cas avec un grand avantage, d’autant plus qu’ils sont dispensés de l’épreuve écrite. Ces projets de poursuite d’études permettent d’élargir le choix du lieu de travail. Il est possible en effet d’exercer sa profession en maternité ou encore à l’hôpital après la formation.

Author: Julie

Share This Post On

Envoyer un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *