3 erreurs commises par les adultes dans l’éducation des adolescents

 

J’ai passé quelques heures avec un groupe d’élèves du secondaire la semaine dernière et l’une des choses qui revient souvent dans ces discours de jeunes, ce sont les erreurs que nous, adultes, faisons avec les adolescents. J’ai donc pensé que je pourrais en partager quelques-unes avec vous , les trois erreurs, selon les adolescents eux-mêmes, que nous commettons le plus souvent avec eux. Être parent d’adolescents peut être difficile. Tout le monde fait des erreurs, mais la différence entre le succès et l’échec réside dans la façon dont nous gérons ces erreurs!

 

1 – VOULOIR ÊTRE PARFAIT

J’ai déjà parlé de cette erreur. Les adolescents (les enfants en général) ne s’identifient pas à des personnes parfaites, ils s’identifient à des humains. Et voici la chose à propos de nous, les humains, nous sommes imparfaits. Nous faisons des erreurs. Si vous voulez que votre adolescent s’ouvre à vous, commencez par vous. Tu commences à faire rouler la balle. Descendez de vos grands chevaux, descendez de votre tribune, et rangez vos notes de cours de je-sais-tout. Embrassez le fait que vous êtes imparfait, que vous avez un passé rempli d’erreurs et de leçons apprises à la dure.

Parfois, les choses de la vie qui vous blessent le plus, sont celles-là même que vous pouvez utiliser pour aider les autres. Ne ratez pas l’occasion de construire un pont. Répéter les normes qu’ils n’ont pas réussi à atteindre n’est pas encourageant pour les adolescents. Et vous entendre parler comme si vous étiez parfait alors qu’ils ont des difficultés n’est pas non plus utile. En fait, c’est tout simplement ennuyeux.

Apprenez de vos propres échecs pour les aider à se relever et à aller de l’avant. Pensez à un moment où vous avez eu des difficultés. Vers qui vous êtes-vous tourné ? Votre ami qui agit de manière parfaite et qui vous fait vous sentir inférieur ? Ou vers l’ami qui se comporte comme un être humain, qui comprend ce que vous vivez et qui s’ouvre un peu sur ses propres difficultés ? Soyez l’adulte parfaitement imparfait – votre adolescent s’identifiera à vous beaucoup, beaucoup mieux !

 

2 – MONTRER (OU) DIRE

Le problème ici est le OU. C’est montrer ET dire les gens. Vous vous souvenez de l’école primaire ? C’est une erreur dangereuse de ne communiquer aux ados que d’une seule façon. Surtout quand il s’agit de choses importantes comme « je t’aime » ou « je suis là pour toi ». Si vous vous contentez de montrer ou de dire, les ados risquent de ne jamais recevoir votre message. Vous pouvez penser que vous leur communiquez combien vous les aimez à longueur de journée, mais ils ne comprennent pas – cela n’a aucun sens. Le fait est que l’adolescent que vous essayez d’atteindre peut ne pas recevoir ou traiter l’information de la manière dont vous essayez de la communiquer. Certains parents/enseignants/mentors/entraîneurs essaient simplement de montrer aux adolescents qu’ils les aiment, mais ne leur disent pas. D’autres se contentent de dire aux adolescents qu’ils les aiment, mais ne leur montrent jamais. Vous devez faire les deux. Rien n’encourage plus votre ado que de savoir (et d’entendre) que vous l’aimez et que vous êtes là pour lui.

 

3 – ÊTRE AMIS

Ne vous méprenez pas, c’est une question difficile pour moi puisque mon jeune fils et moi sommes des amis très proches, mais vos enfants ont des amis – probablement plus que vous ! Ce dont ils ont besoin, c’est d’un parent. Ils ont besoin d’un modèle. D’une figure d’autorité. Pouvez-vous être les deux ? Parfois, idéalement, oui. Vous pouvez et devez équilibrer votre autorité avec l’amour et l’amitié. C’est bien d’avoir des relations. C’est bien d’être agréable à côtoyer. Mais vous n’êtes pas censé être le copain ou le meilleur ami de l’adolescent.

C’est peut-être agréable, c’est peut-être plus facile, mais à long terme, votre relation avec eux est beaucoup plus forte si vous êtes la figure d’autorité dont ils ont besoin – et non ce qui vous semble le plus chaleureux et le plus flou. Si vous vous souciez vraiment d’eux, vous leur donnerez ce dont ils ont besoin et pas seulement ce qu’ils veulent – ou ce qui vous fait envie. En tant que figure d’autorité, parent, enseignant ou modèle, vous êtes censé être celui qui soutient les adolescents dont vous vous occupez et qui les tient responsables quoi qu’il arrive. C’est à vous d’établir et de faire respecter les règles et les conséquences, de fixer les limites. C’est à vous de maintenir un environnement stable et aimant où les adolescents se sentent en sécurité. Il n’y a aucun moyen de compter le nombre de façons dont cela a un impact sur un adolescent.

Il est impossible de compter le nombre de façons dont cela a un impact sur un adolescent.

Je vois beaucoup de parents et de figures d’autorité qui ont peur d’être étiquetés comme le « méchant ». Mais voici un secret – les adolescents vous diront toute la journée qu’ils ne veulent pas de limites mais, au fond, les limites permettent aux adolescents de se sentir en sécurité. N’oubliez pas, surtout vous, les parents, d’établir et de maintenir des limites, d’enseigner aux adolescents la différence entre le bien et le mal, ce qui est acceptable et inacceptable – c’est votre responsabilité, celle de personne d’autre. D’un autre côté, si vous ne le faites pas, si vous choisissez de rester amis au lieu de donner un peu de discipline sévère (et nécessaire), ils apprendront les ficelles de quelqu’un d’autre – qui peut ou non avoir leurs meilleurs intérêts à l’esprit.

Ce sont trois choses que vous pouvez changer aujourd’hui – tout de suite – pour faire une différence dans la vie d’un adolescent dans votre monde. Ces conseils sont utiles pour être parent d’adolescents et même pour simplement interagir avec les adolescents de manière significative. Essayez-les et voyez ce qui se passe ! 

Nous suivre

Les plus lus