4 scénarios pour la nouvelle normalité de l’éducation

 

 

 

L’éducation vit un moment historique. Nous pouvons ne pas remarquer l’ampleur des changements apportés par la pandémie, mais il est évident que les choses ne seront plus les mêmes. Le retour à la normale (nous savons tous que « normal » est un terme relatif en soi) ne sera pas un retour au statu quo antérieur. Plus probablement, nous allons tous glisser vers une nouvelle normalité.

Pour préparer les États membres aux évolutions futures du système éducatif, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a conçu quatre scénarios alternatifs qui pourraient devenir une réalité prochainement. Accordé, il s’agit de scénarios, car personne ne peut prédire l’avenir avec précision, mais est-il utile de voir ce que les experts d’une grande organisation internationale ont à dire sur l’évolution de la scolarité.

 

Ces quatre scénarios alternatifs peuvent nous aider à préparer l’avenir en identifiant les menaces et les opportunités possibles. Regardons donc dans la boule de cristal et voyons ce qui pourrait bientôt se produire dans le domaine de l’éducation.

 

Scolarisation étendue

 

Dans le premier scénario, la participation à l’éducation formelle augmentera, car davantage d’étudiants s’inscriront aux cours dispensés par les établissements d’enseignement. La collaboration internationale et les progrès technologiques continueront à accroître le niveau de personnalisation du parcours d’apprentissage de chaque élève. Les structures et les systèmes scolaires demeureront ; ils pourraient changer, devenir plus flexibles et s’adapter aux nouveaux contextes, mais ils seront toujours en place.

 

Ce scénario de scolarisation prolongée semble une prédiction plus prudente. Le système actuel est marginalement affecté et devient accessible à un plus grand nombre de personnes qui n’ont pas accès au système de scolarisation pour le moment.

 

L’éducation externalisée

 

Selon ce deuxième scénario, les systèmes scolaires actuels s’effondreront à mesure que les sociétés s’impliqueront de plus en plus dans l’éducation. L’apprentissage se fera dans des structures plus diverses, plus flexibles et plus privatisées, notamment dans le secteur de l’enseignement supérieur. De toute évidence, la technologie numérique est un moteur essentiel de ce changement. Elle sera une force disruptive dans le processus d’externalisation de la scolarité.

 

Ce scénario prend en compte les tendances actuelles et extrapole leur impact sur le système scolaire. Par exemple, l’Allemagne dispose d’un système d’éducation dual puissant qui implique à la fois les écoles et les entreprises dans la formation professionnelle. Cependant, l’externalisation de l’éducation vers des entreprises privées peut augmenter les coûts pour les établissements d’enseignement et les étudiants sans garantir les meilleurs résultats.

 

Ce scénario prend en compte les tendances actuelles et extrapole leur impact sur le système scolaire.

 

Les écoles comme pôles d’apprentissage

 

Les écoles restent les principaux lieux de transmission et de réception des connaissances, mais la diversité et l’expérimentation deviendront la norme. Les écoles « ouvriront leurs murs » et seront davantage connectées à leurs communautés, ce qui stimulera des types d’éducation, d’engagement civique et d’innovation sociale en perpétuelle évolution.

 

La technologie sera également un facilitateur clé pour les nouveaux pôles d’apprentissage, à mesure qu’ils s’ouvriront davantage aux communautés.

C’est un scénario passionnant dans lequel l’engagement civique et les valeurs démocratiques se mêlent aux connaissances et aux expériences significatives au profit des communautés locales. Peut-être cela peut-il être la solution au faible intérêt des jeunes pour les affaires publiques et civiques.

Les centres d’information et d’éducation civique sont des lieux de rencontre et d’échange.

 

Apprendre comme on veut

 

L’éducation a lieu partout, à tout moment. Il n’y a pas de distinctions claires entre l’éducation formelle et informelle, car elles ne sont plus pertinentes. La société devient le « pouvoir de la machine », car les citoyens de tous âges apprennent ce qu’ils veulent, quand ils le veulent et où ils le veulent.

 

Alors que l’éducation devient si flexible et personnalisée, la technologie devient un outil éducatif clé. C’est déjà le cas dans une certaine mesure avec l’apprentissage à distance. Le lieu où un élève apprend ou un enseignant dispense son cours n’est plus un facteur essentiel de l’éducation. Les élèves n’ont pas besoin d’être en classe pour apprendre quelque chose ; ils peuvent le faire dans le confort de leur foyer.

Lire la suite : Adopter l’état d’esprit asynchrone pour un meilleur apprentissage en ligne

 

Conclusion

 

Le dénominateur commun des quatre scénarios proposés par l’OCDE est, comme on peut le constater, la technologie. Peut-être la force transformatrice de la technologie ne sera-t-elle surpassée que par l’empressement des gens à adopter le changement, à mesure que les mentalités évoluent et que les gens adoptent des valeurs différentes.

Nous suivre

Les plus lus