Avocat fiscaliste, un métier bien rémunéré

 

Le droit fiscal fait partie des plus dĂ©licates branches dans le domaine du droit du fait qu’il revĂŞt des subtilitĂ©s tant sur le plan international que sur le plan national. C’est pourquoi l’avocat fiscaliste est tenu de maĂ®triser les spĂ©cificitĂ©s du droit en gĂ©nĂ©ral. IntĂ©ressĂ© par ce domaine ? Voici un article qui va vous aider Ă  vous familiariser avec le mĂ©tier. 

Avocat fiscaliste salaire et métier : ce que vous devez savoir

 

Également appelĂ© fiscaliste, un avocat fiscaliste est un conseiller spĂ©cialisĂ© dans la fiscalitĂ©. Il a pour rĂ´le de reprĂ©senter un particulier ou une entreprise pour tout type de problème associĂ© Ă  la fiscalitĂ©. Sa mission est de : 

  • accompagner ;
  • conseiller sa clientèle sur ses projets en vue.

Formé au droit fiscal, il maîtrise l’ensemble des réglementations indispensables dans ce domaine. C’est pour cette raison qu’il se présente comme étant le professionnel le mieux placé pour accompagner les entreprises dans la gestion de leurs finances pour qu’elles soient conformes aux lois et aux normes fiscales en vigueur. De ce fait, il garantit la bonne conduite des opérations éco-fiscales d’une entreprise. Par ailleurs, cet avocat est un véritable soutien lorsque l’entreprise entre en contentieux juridique ou financier avec ses collaborateurs ou avec ses partenaires. Il joue le rôle dévolu à un avocat spécialisé en droit des affaires en l’aidant à résoudre tous ses problèmes. Vous pouvez trouver plus de détails ici en ce qui concerne l’avocat fiscaliste salaire.

 

Quel est le salaire d’un avocat fiscaliste ?

Le salaire de ce type d’avocat varie selon le fait qu’il travaille au sein d’une entreprise ou qu’il dispose de son propre cabinet. Ce qu’il faut retenir, c’est que cette profession fait partie des plus rĂ©munĂ©ratrices dans le domaine du droit. Les salaires sont effectivement Ă©levĂ©s mĂŞme pour les dĂ©butants. En moyenne, un avocat fiscaliste peut gagner entre 54 100 et 70 000 euros par an. La rĂ©munĂ©ration brute varie entre 45 000 et 80 000 euros. La variation dĂ©pend des Ă©lĂ©ments suivants : 

  • l’anciennetĂ© ;
  • le statut choisi : l’avocat fiscaliste travaille pour une entreprise ou il a son propre cabinet.

Un dĂ©butant qui dispose d’une notoriĂ©tĂ© importante pourra ĂŞtre hautement rĂ©munĂ©rĂ©. En gĂ©nĂ©ral, au dĂ©but de sa carrière, l’avocat fiscaliste dĂ©marre avec une rĂ©munĂ©ration entre 45 000 et 50 000 euros bruts par an, soit un salaire brut mensuel d’environ 3 750 Ă  4 200 euros. Ce niveau de rĂ©munĂ©ration Ă©levĂ© est dĂ» au fait que l’avocat fiscaliste a des compĂ©tences et des connaissances qui sont très recherchĂ©es sur le marchĂ© de l’emploi. En France, le salaire moyen observĂ© pour cette profession est Ă  peu près de 5 000 euros bruts par mois. Plus les annĂ©es d’expĂ©rience augmentent et plus le taux de notoriĂ©tĂ© acquis s’élève dans le domaine de la fiscalitĂ©, les salaires mensuels bruts peuvent aller jusqu’à plus de 6 500 euros. Comme un avocat fiscaliste senior est gĂ©nĂ©ralement employĂ© en tant que cadre, il est difficile de lui Ă©tablir un taux horaire. De ce fait, il sera libre de fixer lui-mĂŞme les honoraires qu’il souhaite recevoir en fonction des Ă©lĂ©ments suivants : 

  • ses compĂ©tences ;
  • sa notoriĂ©tĂ©.

Par contre, il renonce Ă  la sĂ©curitĂ© de l’emploi qu’un contrat de travail promet au sein d’un cabinet d’avocat. C’est pourquoi le salaire d’un avocat fiscaliste est plus Ă©levĂ© lorsqu’il travaille Ă  son compte. Pour information, voici les diffĂ©rents types de postes d’avocat fiscaliste : 

  • le stagiaire avocat fiscaliste ;
  • l’avocat fiscaliste dĂ©butant ;
  • l’avocat fiscaliste junior ;
  • l’avocat fiscaliste international ;
  • l’avocat fiscaliste confirmĂ©.

 

Quelles sont les qualités et les compétences nécessaires pour un avocat fiscaliste ?

 

Si vous souhaitez vous faire embaucher en tant qu’avocat fiscaliste, voici les principales compétences et qualités que vous devez avoir :

  • des connaissances solides en comptabilitĂ©, en finance et en droit ;
  • des compĂ©tences en langues Ă©trangères ;
  • des connaissances mises Ă  jour pour pouvoir suivre les Ă©volutions en matière de lĂ©gislation ;
  • de la rigueur ;
  • un bon sens de l’organisation ;
  • une bonne capacitĂ© d’adaptation, etc.

 

Qu’en est-il de la formation et des études ?

 

Diverses formations sont à votre disposition pour vous permettre d’accéder au métier. Vous pouvez exercer ce métier après avoir obtenu leur master en droit fiscal. Vous pouvez aussi y accéder en poursuivant des études supérieures dans le domaine du commerce avec une option fiscalité.

 

Quels sont les diplĂ´mes Ă  avoir pour devenir un avocat fiscaliste ?

Il est important de prĂ©ciser que l’avocat fiscaliste n’a pas la possibilitĂ© d’exercer sans avoir obtenu un Certificat d’aptitude Ă  la profession d’avocat ou CAPA. C’est le sĂ©same qu’il faut pour exercer le mĂ©tier d’avocat fiscaliste. Le passage de l’examen du CAPA est très sĂ©lectif. Il est accessible dès la validation d’une Ă©tude supĂ©rieure Ă©quivalente Ă  un bac +4 mĂŞme s’il est recommandĂ© de finir la seconde annĂ©e afin de bĂ©nĂ©ficier d’un bagage plus consĂ©quent. Si vous souhaitez augmenter vos chances de rĂ©ussir votre examen, vous pouvez suivre des programmes de prĂ©paration dans un institut d’études judiciaires. Si vous avez un Master en droit fiscal ou dans le cas oĂą vous disposez d’une spĂ©cialisation en fiscalitĂ© au sein d’une grande Ă©cole de commerce, vous avez entre les mains des clĂ©s pertinentes vous permettant de vous prĂ©senter au CRFPA. C’est l’examen d’entrĂ©e qui vous permet d’obtenir le diplĂ´me que vous convoitez pour devenir avocat fiscaliste.

 

Quelles sont les évolutions de carrière pour un avocat fiscaliste ?

 

En début de carrière, le parcours type d’un avocat fiscaliste est de rejoindre un cabinet d’avocats pour :

  • constituer son rĂ©seau de clients ;
  • approfondir ses connaissances fiscales sur le terrain ;
  • apprendre de ses pairs.

Par la suite, il peut aussi valoriser son expérience auprès du service fiscal et juridique d’une importante société. Il peut aussi créer son propre cabinet.

 

Quels sont les principaux profils des employeurs d’un avocat fiscaliste ?

Qu’il travaille au sein d’un cabinet ou d’un indĂ©pendant, l’avocat fiscaliste est souvent Ă  la solde d’une entreprise, qu’il s’agisse d’une PME, d’une grande entreprise ou d’une sociĂ©tĂ© commerciale.