Découvrir la pédagogie Montessori

 

En tant que parents, il est tout à normal pour eux de se demander quel type d’éducation sera la plus favorable pour le développement et l’apprentissage de leur enfant. Si la majorité préfère opter pour la méthode traditionnelle, c’est-à-dire l’apprentissage à travers l’école, certains parents penchent plutôt pour une autre solution. On peut par exemple citer la méthode Montessori qui aide les enfants à se développer et à devenir plus autonomes très rapidement.

Tout savoir sur la pédagogie Montessori

 

Les origines de la méthode

La pédagogie Montessori est une méthode d’éducation qui a été créée et mise en place par l’une des premières femmes médecin d’Italie, Maria Montessori, vers la fin du 19e siècle, plus précisément en 1907. Etudiante en médecine, Maria Montessori est nommée assistante de clinique psychiatrique à Rome. C’est dans cette clinique que la pédagogue entre pour la première fois en contact avec des enfants psychologiquement déficients. Suite à cette expérience, Maria Montessori se décide alors de se pencher sur l’éducation et de développer sa propre méthode en se basant sur l’environnement, le développement, le mode de vie et les activités à disposition des enfants de la clinique où elle travaillait. En tant que pédagogue, Maria Montessori va alors s’intéresser de près aux enfants de différents milieux sociaux et culturels très défavorisées et en difficulté d’apprentissage pendant presque 50 ans. L’étude qu’elle a réalisée l’a permis d’élaborer une « pédagogie scientifique » qui s’appuie sur une démarche expérimentale et des observations, dans le but de favoriser grandement l’épanouissement de l’enfant. C’est ainsi que Maria Montessori créa en 1907 la première maison des enfants à Rome : ouverte aux enfants des milieux défavorisés et où elle appliquait les bases de sa pédagogie.

 

Définition de la pédagogie Montessori

Maria Montessori avait comme philosophie : « L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir ». De cette philosophie, elle a alors pris conscience de l’importance de prendre en compte l’évolution et l’authenticité de chaque enfant pour leur permettre de développer leur potentiel, leur personnalité et leurs facultés intellectuelles. Elle a donc une vision globale de l’éducation qui consiste en 4 plans de développement différents qui commence dès la naissance de l’enfant  jusqu’à ses 24 ans :

  • de 0 à 6 ans (Petite enfance) : l’enfant cherche à faire tout de lui-même, donc à se débrouiller seul, apprendre à se débrouiller seul. Il s’agit de « l’âge de la conscience du moi ».
  • de 6 à 12 ans (Enfance) : l’enfant éveille sa curiosité et devient imaginatif. Il s’agit de « l’âge moral ».
  • de 12 à 18 ans (Adolescence) : l’enfant veut développer une vie active et associative. Il s’agit de « l’âge social ».
  • de 18 à 24 ans (Age de la maturité) : le jeune adulte devient mature. Cependant, il a tout de même besoin d’être rassuré dans ses engagements. Il s’agit de « l’âge politique ».

Ces 4 plans de développement désignent les « périodes sensibles » de l’enfant où il serait le plus susceptible d’être réceptif à différents domaines : le langage, les mouvements, le comportement social, etc. Ainsi, dans les établissements scolaires appliquant cette pédagogie, les élèves sont alors regroupés par tranche d’âge :

  • maternelle : 3 à 6 ans ;
  • élémentaire : 6 à 9 ans puis 9 à 12 ans ;
  • collège : 12 à 15 ans ;
  • lycée : 15 à 18 ans.

Les principes fondamentaux de la pédagogie Montessori

 

La pédagogie Montessori respecte quelques principes fondamentaux qui sont :

  • l’enfant est maître de son propre évolution : il est celui qui décide de ce qu’il veut apprendre, selon ses envies et ses besoins ;
  • les « périodes sensibles » de développement de l’enfant sont à respecter : le parent ou le pédagogue doit s’adapter au rythme de chaque enfant. Il ne doit pas forcer son évolution, car l’enfant suivra lui-même naturellement les différentes étapes d’apprentissage du langage, de la coordination, de l’éveil de ses sens, etc. ;
  • l’apprentissage par l’expérimentation : durant le développement de sa méthode, Maria Montessori était convaincue que l’apprentissage ne consiste pas uniquement en la réception d’informations. L’apprentissage est surtout favorisé par la mise en pratique. L’enfant doit donc recevoir l’information, l’observer et l’appliquer pour qu’il puisse l’assimiler ;
  • l’enfant doit pouvoir être totalement autonome : l’enfant est le seul à pouvoir décider des activités qu’il souhaite faire et des jouets qu’il souhaite utiliser. Pour faciliter cela, toutes ses affaires doivent être à sa disposition et à sa hauteur. Toutefois, le parent ou le pédagogue doit quand même s’assurer d’établir certaines règles et s’assurer qu’elles soient respectées pour privilégier le bien-être de tous ;
  • le calme est un facteur important : pour favoriser l’assimilation ainsi que la mémorisation de l’apprentissage, l’enfant doit pouvoir exercer ses activités dans un environnement calme et ordonné. Celui lui permettra de mieux travailler et surtout de se concentrer. De plus, le calme favorise la créativité.

Nous suivre

Les plus lus