Réforme du baccalauréat : une orientation de plus en plus difficile

La réforme du baccalauréat a amorcé une nouvelle ère dans le système de l’enseignement secondaire. Dorénavant, l’orientation se fera en fin de Seconde et devra être adaptée à chaque lycéen. Retour sur l’orientation des jeunes, défi majeur du nouveau système des lycées.

Comment l’orientation a-t-elle été impactée par la réforme des lycées ?

Avec la nouvelle réforme, tout ou presque a été chamboulé. Les séries générales existantes disparaissent et les programmes des classes du secondaire sont totalement bouleversés. En effet, les filières du lycée S, ES et L ont été balayées et la classe de Seconde est devenue un « tronc commun ». Puis tous vos enfants en classe de Première suivront un programme unique. Ainsi, les mêmes cours seront enseignés à tous les élèves en Première.

En plus de ce programme, ils devront choisir chacun trois spécialités en Première. Une fois en Terminale, ils abandonneront l’une d’entre elles pour se consacrer uniquement aux deux autres. Ainsi, la question de l’orientation devient un véritable casse-tête non seulement pour les élèves, mais aussi pour les parents. En vous rendant sur cette page, vous découvrirez de nouvelles idées pour accompagner vos enfants dans leur choix de filières, notamment la possibilité de faire appel à un coach en orientation scolaire. Ce type de cabinet d’orientation composé de coachs expérimentés parfaitement au fait de tous les tenants et aboutissants en matière d’orientation scolaire, sera à même d’aider et d’accompagner votre enfant en lui proposant des solutions sur mesure concrètes pour son avenir.

Un accompagnement à tous les niveaux

orientation scolaire

La liberté de choix des parcours qu’apporte la nouvelle réforme n’est pas à contester. Il est vrai qu’elle permet aux lycéens d’individualiser leur parcours en fonction de leurs objectifs et de leurs résultats scolaires. Néanmoins, ce système est sélectif. Les contrôles continus de ces spécialités compteront dans la note finale du baccalauréat. Tout se jouera donc lors du choix des spécialités. S’il est mal élaboré, il restreint les chances pour l’enseignement supérieur de l’enfant.

Tous les acteurs du système doivent se mobiliser pour aider les futurs bacheliers à faire les bons choix. Au nombre de ces acteurs, nous avons :

  • les parents
  • les professeurs
  • les coachs spécialisés en orientation

La mise à disposition de l’information et les séances de coaching seront nécessaires pour une bonne orientation. L’engagement de tout un chacun sera la clé pour répondre à de tels enjeux.

Une orientation sujette à de nombreux défis

Par ailleurs, il se pourrait que tous les lycées ne puissent pas donner accès à toutes les spécialités. Vos enfants devront peut-être changer de lycée pour ne pas se restreindre à un choix limité de filières. Les inégalités sociales se feront progressivement sentir lorsque les places dans certains lycées vaudront cher. Les élèves des milieux défavorisés pourraient se résoudre à choisir des filières contre leur gré.

L’ancien système offrait plus de temps à l’élève pour se décider. Le nouveau système opte pour des parcours où chaque lycéen décide de son cursus. Avant avec un bac S, vous saviez quelles carrières envisager exactement, aujourd’hui rien n’est acquis. Si à cela, nous ajoutons les disparités sociales et territoriales face aux options, la tâche se corse. Soutenir les jeunes s’avère donc très important.

La réforme des lycées a ouvert de nombreuses possibilités aux élèves, mais l’orientation reste un challenge. Les paramètres à prendre en compte sont légion. L’accompagnement, si difficile soit-il, doit être rigoureusement suivi par les parents et les éducateurs.

Nous suivre

Les plus lus