Comment aider un enfant dyslexique à la maison ?

Apporter de l’aide à un enfant dyslexique à la maison

Les parents veulent que leurs enfants réussissent à l’école et aient la possibilité de réaliser leur plein potentiel. L’apprentissage à la maison peut jouer un rôle important à cet égard lorsqu’un enfant souffre de dyslexie.

Lire ensemble et trouver les programmes et applications informatiques des enfants qui favorisent l’acquisition de compétences en matière de lecture et d’écriture constituent un bon premier pas.

Certains parents peuvent vouloir travailler directement avec leurs enfants sur la phonétique, l’orthographe et les devoirs. D’autres peuvent être un peu plus réticents à assumer le rôle d’enseignant. Il est vrai que cela nécessite un ensemble de compétences particulières, et cela ne convient pas à tout le monde.

Néanmoins, vous pouvez faire beaucoup pour soutenir l’apprentissage à la maison, même si vous ne donnez pas directement de cours particuliers à votre enfant. Il existe par exemple de nombreux exercices pour les enfants dyselxiques à pratiquer à la maison (plus d’informations sur FranceDyslexia) et une multitude de très bons livres pour les enfants dyslexiques pour encourager la lecture.

Qu’est-ce que la dyslexie ?

Si vous n’avez pas reçu de diagnostic, vous vous demandez peut-être : mon enfant est-il dyslexique ?

Tous les parents ne le savent pas avec certitude. Un enfant dyslexique a souvent du mal à lire. Peut-être avez-vous plus d’un enfant qui a des difficultés de lecture. Peut-être que vous, votre partenaire ou quelqu’un d’autre de votre famille élargie a eu du mal à apprendre à lire. Il est possible que la dyslexie en soit la cause.

La dyslexie est une difficulté d’apprentissage spécifique qui touche 10 % de la population, et elle peut se manifester dans les familles.

Elle peut être légère, modérée ou grave. Lorsqu’un enfant présente une difficulté d’apprentissage spécifique comme la dyslexie, cela ne signifie pas qu’il est moins intelligent que ses camarades, il ne fait que traiter et apprendre d’une manière différente.

La dyslexie est le plus souvent associée à des difficultés en lecture et en orthographe. Cependant, elle peut également affecter la capacité d’un individu à traiter et à mémoriser des informations, en particulier à la vitesse.

Apprentissage adapté à la dyslexie

La dyslexie n’est pas une maladie, mais c’est quelque chose qu’un enfant a pour la vie. Néanmoins, avec une bonne approche de l’apprentissage, les défis liés à la dyslexie peuvent être surmontés. Il y a aussi des aspects positifs.

Par exemple, certains points forts liés à la dyslexie comprennent un meilleur raisonnement spatial, une plus grande créativité et une réflexion hors des sentiers battus. Pour aller plus loin, découvrez 3 points forts liés à la dyslexie : http://www.cce2mo.fr/education/3-points-forts-de-la-dyslexie-que-vous-devez-connaitre/

Dans l’ensemble, les enfants dyslexiques apprennent plus facilement lorsque l’information est transmise de manière multisensorielle, par petites tranches, au rythme souhaité par l’enfant, avec des possibilités de répétition et beaucoup de renforcement positif.

Toutefois, pour trouver la “bonne approche”, il est important de comprendre qu’elle est unique pour chaque individu. Il est important que les parents gardent à l’esprit que deux enfants dyslexiques ne se battront pas de la même façon.

Stratégies pour aider un enfant dyslexique à la maison

Aux parents qui soutiennent l’apprentissage à la maison, nous vous encourageons. Vous ne pouvez que faire de votre mieux pour soutenir l’apprentissage de votre enfant, alors ne vous en voulez pas si vous vous sentez bloqué dans votre capacité à aider.

Le plus important est que votre enfant sache qu’il est aimé et soutenu en dehors de l’école.

Voici quelques autres choses que les parents peuvent essayer :

Développer leur capacité de réflexion

Encouragez les capacités de réflexion qui aident votre enfant à devenir un apprenant indépendant et actif, plutôt que passif.

Encouragez sa curiosité

Discutez du problème ou du sujet d’un devoir ou d’une lecture à l’école. Écoutez. Partagez vos points de vue. Cela peut être amusant et constituer un temps de qualité passé ensemble.

Aidez-les à s’engager dans la lecture

Demandez à votre enfant : Que se passe-t-il ? Qu’avez-vous à découvrir ? Que sais-tu déjà ? Qui sont les personnages principaux ? Quelles sont les idées principales ? Avez-vous déjà lu quelque chose de ce genre ? Quel est votre plan pour répondre à cette question ? Pouvez-vous la diviser en plusieurs parties ? Quelles sont les parties difficiles ?

Faites-les travailler de manière indépendante

Encouragez votre enfant à poser ses propres questions et à s’attaquer au travail de manière indépendante – et envisagez de faire un suivi par la suite. Avez-vous utilisé votre plan ? Pouvez-vous le réécrire pour qu’il soit moins salissant ? Est-ce votre meilleur travail ? Pouvez-vous m’expliquer cela ou me montrer comment le faire ?

Demandez à votre enfant de vous l’enseigner

“Pendant que nous enseignons, nous apprenons”, disait le philosophe romain Sénèque. Des études ont montré que c’est vrai. À l’université de Stanford, deux groupes d’étudiants ont été initiés à un programme informatique. On a dit à un groupe qu’il devait enseigner le programme, et à l’autre, qu’il devait l’utiliser pour l’auto-apprentissage. Le premier groupe a obtenu de bien meilleurs résultats aux tests. (1)

Décomposer la matière en morceaux

Les parents peuvent aider leur enfant à diviser ses devoirs en petits morceaux faciles à gérer. Vous pouvez séparer les questions sur une feuille de travail en dessinant des cercles autour des différents groupes.

Si le devoir du lundi consiste en une liste de 10 mots à épeler ou en un tableau horaire à apprendre pour le vendredi, encouragez votre enfant à en faire un peu chaque jour.

Félicitez-le comme il se doit

Les félicitations et les récompenses appropriées, surtout de votre part, sont très importantes pour votre enfant. Saisissez les occasions de reconnaître ses efforts et insistez sur les aspects positifs lorsque vous le pouvez. Que ce soit pour avoir fait de gros efforts et atteint un objectif important ou pour avoir enfin fait un petit pas supplémentaire qu’il a eu du mal à maîtriser, offrez-lui votre soutien et vos félicitations.

Aidez-les à se construire une image positive d’eux-mêmes.

Dans un passé assez récent, la dyslexie n’était pas bien comprise et de nombreux enfants étaient injustement qualifiés d’épais, de stupides, de paresseux, de ne pas faire assez d’efforts ou d’être délibérément peu coopératifs. Rien de tout cela n’est vrai.

Les enfants dyslexiques peuvent avoir de bonnes et de mauvaises journées, et se souvenir d’une journée plutôt que d’une autre peut donner l’impression qu’ils sont obstinés ou paresseux.

En fait, ils doivent parfois faire beaucoup plus d’efforts que les autres enfants pour suivre le rythme des travaux scolaires, ce qui peut être fatigant et ronger l’estime de soi. Rappelez-leur leurs points forts et aidez-les à garder les choses en perspective lorsqu’ils passent une mauvaise journée. S’il le faut, faites les lire des citations motivantes. Cliquez ici pour découvrir 8 citations sur la dyslexie pour favoriser l’estime de soi.

Veillez à ce qu’ils dorment suffisamment

Cela est important, que votre enfant soit dyslexique ou non. Un enfant bien nourri et bien reposé apprend mieux, alors mettez-les au lit à temps pour qu’ils se réveillent frais et dispos. Une bonne nuit de sommeil renforce la confiance en soi.

Passer en revue les informations juste avant de se coucher peut aider à les retenir, alors encouragez-les.

Aménagez un espace d’étude.

Le style d’apprentissage de chaque enfant est différent. Certains seront heureux à la table de la cuisine avec un bourdonnement d’activité autour d’eux ; d’autres auront besoin de calme et de tranquillité pour faire quoi que ce soit. Assurez-vous qu’ils savent qu’ils disposent d’un espace dédié où se retirer lorsqu’ils en ont besoin.

Créez un calendrier personnalisé

Les parents peuvent mettre un grand calendrier sur un tableau d’affichage ou sur le réfrigérateur et le tenir à jour.

Examinez-le avec votre enfant et préparez-vous pour demain la veille au soir. Cela vous évitera de vous précipiter en panique le matin.

Établissez quelques règles de base.

Si vous avez un objectif de travail à atteindre, ou si vous en avez convenu avec l’enseignant de votre enfant, ne le laissez pas allumer la télévision ou se laisser distraire par un téléphone. Évitez les luttes de pouvoir et ne tolérez pas les conflits. Les parents sont responsables. Exposez clairement vos attentes.

Choisir de ne pas finir le travail, c’est choisir de ne pas jouir de certains privilèges.

Soyez cohérent

Expliquez clairement que vous pensez ce que vous dites, même s’il faut quelques jours pour que le message passe.

Lorsque l’école est fermée, de nombreux parents se débattent avec la perspective de scolariser à domicile leur enfant dyslexique alors que les écoles sont physiquement fermées.

Si vos enfants sont à la maison et qu’on attend d’eux qu’ils fassent leurs devoirs scolaires, il est très important d’avoir une structure pour votre journée, surtout pendant les périodes d’isolement.

Décidez ensemble de la façon dont les journées seront passées. La routine peut contribuer à clarifier les attentes et aider chacun à être plus productif. Quand allez-vous vous réveiller ? Quand terminerez-vous votre travail pour l’école ?

Une matinée structurée peut comprendre un travail de 45 minutes, suivi d’une lecture indépendante d’une demi-heure, puis d’une pause, puis d’un autre travail. Il pourrait être utile de vous voir également travailler sur un projet de votre cru.

Faites une demi-heure d’exercice quelconque, puis préparez le déjeuner ensemble, et faites une série de biscuits ou de torsades au fromage ou une recette qui peut aider pour les fractions, les poids, les mesures, etc. Planter des graines dans un pot ou une jardinière peut impliquer des aspects de biologie, de comptage, de mesure.

À quelle température l’eau bout-elle ? Quel temps fait-il aujourd’hui ? Comment fabrique-t-on des glaçons ? L’apprentissage n’a pas besoin d’être formel et peut être très amusant. Les parents connaissent leurs enfants et peuvent les adapter à leur âge. L’apprentissage peut se faire sans que personne ne s’en aperçoive, surtout si votre enfant est curieux.

Aidez un enfant dyslexique à garder ses papiers et son matériel d’étude en ordre

Matériaux de stockage et de ressources

Chaque enfant devrait avoir son propre espace de rangement pour tous ces bouts de papier, les devoirs à moitié terminés, les modèles, les guides d’étude, les cartes de bibliothèque locale, etc. Gardez-les ensemble au même endroit.

Une caisse en plastique fonctionne bien. Les parents doivent se résigner à ce que leurs enfants continuent à perdre leurs crayons, gommes et autres fournitures, et en garder un peu plus à portée de main.

Les enfants dyslexiques qui ont du mal à écrire tiennent souvent un crayon trop serré et cassent la pointe. Procurez-vous des poignées de crayon pour rendre la tige du crayon plus épaisse et plus facile à tenir, et investissez dans un taille-crayon ou deux. Des marqueurs seront utiles pour souligner et coder en couleur le texte. Il se peut que vous ayez besoin de grandes enveloppes pour des missions plus importantes.

Certains parents pourraient trouver un usage pour une minuterie ou un chronomètre. Du papier graphique pour l’arithmétique aidera à garder les colonnes droites (tout comme le papier ligné tourné de côté), et une règle aidera votre enfant à ne pas perdre la trace de sa place sur une page de texte.

Certains enfants dyslexiques (et ceux qui peuvent être atteints du syndrome d’Irlen) seront sensibles à la lumière, en particulier à l’éblouissement qu’ils ressentent sur une feuille de papier blanc ou sur un fond d’écran d’ordinateur. Vous pouvez essayer de superposer des feuilles d’acétate de couleur pour voir si la réduction de l’éblouissement peut aider. Vous pouvez également leur faire passer un test définitif de sensibilité à la lumière par un opticien qualifié.

Réalisez un “Livre de souvenirs”. C’est une sorte de classeur de référence qui aide à établir de bonnes habitudes d’étude dès le plus jeune âge. Il aide votre enfant dyslexique à se souvenir des procédures, des séquences de fonctionnement, des règles et des stratégies, et l’aide à garder les éléments importants dans un ordre cohérent.

Il ou elle peut avoir besoin d’aide pour mettre en place et maintenir un système de classement des différents types d’informations. Vous pouvez utiliser un code couleur avec des intercalaires dans un classeur à anneaux ou des portefeuilles en plastique.

Cependant, comme nous nous orientons de plus en plus vers des solutions technologiques, votre jeune apprenant pourrait préférer travailler avec quelque chose comme Google Docs, où vous pourriez partager des informations dans une série de fichiers stockés dans le Cloud.

Aidez-les à apprendre du vocabulaire

Les enfants atteints de dyslexie tireront profit de l’élaboration et du tri de listes de termes dans chaque matière qu’ils doivent affronter. Ces mots problématiques leur seront probablement propres.

Un excellent moyen de les aider à apprendre et à se souvenir des mots difficiles est de créer des listes d’orthographe personnalisées. Les parents peuvent les transformer en cartes de visite, les utiliser dans des activités et amener les enfants à les produire de manière significative.

Tout exercice qui leur permet de s’exercer à plusieurs sens en faisant appel aux yeux, aux oreilles et au sens du toucher sera approprié.

Introduire des dispositifs mnémotechniques

Les dispositifs mnémoniques sont une stratégie qui peut aider un enfant à se souvenir de l’orthographe des mots. Ils fonctionnent mieux lorsqu’un enfant conçoit le sien, peut-être avec l’aide de ses parents.

Voici un exemple pour un adolescent qui va passer un examen de conduite ou qui doit suivre les indications d’une carte. Suggérez-lui de dessiner un point rouge sur sa main droite avec un marqueur lavable et il pourra penser au rouge pour la droite afin de l’aider à différencier la gauche de la droite.

Dépanner les symboles problématiques

Parfois, des difficultés de traitement visuel peuvent se manifester simultanément et peuvent faire partie de la dyslexie de l’enfant. Si votre enfant a des difficultés à différencier les différents symboles utilisés en mathématiques, aidez-le à préparer une feuille pour ces symboles (s’il n’en a pas reçu une à l’école).

Dans la partie gauche, énumérez cinq grands symboles dans une colonne. À droite, décrivez chacun d’eux. Par exemple, vous pouvez vouloir + pour addition ; somme ; somme totale ; tous ensemble, – pour soustraire ; moins ; enlever ; moins ; moins que, x pour multiplier ; produit ; rassembler ; fois, / pour diviser, manquant, = pour égaux ; total ; somme totale ; résultat final (2).

Lisez, lisez, lisez

Encourager la lecture est l’un des meilleurs moyens de soutenir votre enfant dyslexique. Encouragez votre enfant à lire, relire et lire encore dès son plus jeune âge. Si les enfants ont des difficultés à lire, ils peuvent très bien essayer de les éviter et devenir des lecteurs réticents. L’écart de performance entre eux et leurs camarades de classe ne fera que se creuser, et leur estime et leur confiance ensoi peuvent en souffrir.

La lecture est un excellent moyen d’améliorer les compétences linguistiques. Avec les enfants en bas âge, les parents peuvent commencer à leur faire la lecture dès que possible – avant même leur naissance !

Blottissez-vous et regardez ensemble les pages d’un livre d’histoire. Pointez au fur et à mesure. Faites-leur la lecture, même si vous devez serrer les dents pour lire la même histoire pour la quatre-vingt-treizième fois si c’est le livre qu’ils préfèrent.

Voici quelques conseils pour tirer le meilleur parti de la lecture en commun :

Arrêtez-vous au milieu d’une ligne et voyez s’ils peuvent vous donner le mot suivant que vous pointez. Après 92 lectures précédentes, il se peut qu’ils le fassent de mémoire, ce qui est tout à fait normal.

En parcourant le livre, discutez de la façon dont les images qu’ils voient donnent des indices sur les mots de la page. C’est une stratégie qu’ils pourront appliquer plus tard pour essayer de comprendre (c’est-à-dire de décoder) le texte.

Avec les enfants plus âgés, aidez-les à trouver du matériel de lecture sur des sujets qui les intéressent. Les planètes ? Les dinosaures ? Un grand nombre de lecteurs réticents ont été inspirés à lire pour pouvoir suivre les aventures passionnantes de Harry Potter.

Essayez des lectures alternatives.

Une mère a utilisé le catalogue d’un magasin de jouets pour motiver son enfant. Non seulement cela a fonctionné, mais l’enfant a utilisé les informations sur les produits comme un tremplin vers d’autres apprentissages, notamment en écrivant une liste de souhaits de jouets qu’il voulait pour son anniversaire, en considérant combien d’argent il lui fallait pour acheter des jouets et combien il y avait dans sa tirelire, en regardant la taille de certains jouets et en mesurant l’espace qu’ils prendraient dans sa chambre, etc.

Laissez votre enfant vous voir lire

Il est très important que les parents prennent l’habitude de lire régulièrement.

Éteignez le son de la télévision et allumez les sous-titres, afin que la lecture devienne une partie importante du visionnement d’un film passionnant.

Tuteurs privés

Vous n’avez peut-être pas reçu de formation d’enseignant, mais vous connaissez votre enfant et pouvez être là pour veiller à ce qu’il reçoive le soutien nécessaire. Vous pouvez par exemple faire appel à un tuteur privé.

Les tuteurs possèdent souvent un ensemble de qualités et de compétences particulières et ont été formés aux techniques, méthodes et stratégies qui facilitent le processus d’apprentissage.

Il est utile qu’ils apprécient ce qu’ils font et qu’ils aiment voir leurs élèves s’épanouir. Vous pouvez même trouver des tuteurs à distance qui travailleront avec votre enfant par le biais de sessions de chat vidéo.

L’important est que le tuteur soit qualifié pour travailler avec des enfants dyslexiques et qu’il comprenne le style d’apprentissage unique de l’enfant dyslexique.

En savoir plus sur la dyslexie

Si vous n’avez pas eu de diagnostic définitif, que ce soit sous la forme d’une évaluation pédagogique ou d’une évaluation approfondie par un psychologue scolaire, vous pouvez utiliser cette liste de symptômes comme guide.

Votre enfant s’exprime-t-il bien lorsqu’il parle, mais a du mal à lire et à écrire ? La qualité de son vocabulaire verbal se reflète-t-elle dans ses écrits ? -Il évite d’utiliser des mots longs en raison de la difficulté à les orthographier ? -A-t-il des difficultés à reconnaître les lettres de l’alphabet ? Reconnaît-il seulement une partie d’un mot ou est-il lent à voir le mot ? Reconnaît-il les similitudes et les différences entre les mots ? Inverse-t-il les lettres ou les chiffres ? Notez que les inversions sont un signe classique de la dyslexie, mais qu’elles sont également courantes chez les jeunes enfants qui apprennent à lire et à écrire. Ignore-t-il la ponctuation ? Lisent-ils à haute voix, lentement et sans cadence ? Peuvent-ils lire des mots isolés mais ont du mal à saisir le sens de la phrase ? Ont-ils du mal à distinguer la gauche de la droite ? A-t-il des difficultés à apprendre des comptines ou d’autres rimes ? Ont-ils du mal à apprendre à lire l’heure ? -A-t-il des problèmes avec les symboles abstraits ou les confondent-ils ? -Est-ce qu’ils sont désorganisés ? Leur travail est-il désordonné ?

Apprendre à toucher les caractères est recommandé pour les enfants dyslexiques, car c’est une compétence qui rend l’écriture plus lisible (surtout si vous utilisez une police adaptée à la dyslexie) et qui peut également aider à l’orthographe.

En effet, la dactylographie transfère l’orthographe dans une séquence de touches, dont on se souvient grâce à la mémoire musculaire.